Philharmonie Royale Concordia
d’Ottignies - Belgique. A.S.B.L. Reconnu tournées Art & Vie

Accueil > En image, photo > 2000 - 2009 > Fête pour Yvette et Marcel

Fête pour Yvette et Marcel

Publié le lundi 8 septembre 2008

A l’issue de sa répétition, le 6 septembre à la Ferme du Douaire, la Philharmonie Royale Concordia (PRC) d’Ottignies offrait un verre de l’amitié à l’occasion du départ d’Yvette et Marcel Martougin, après 78 ans de musique, dont près de 50 ans au sein de la PRC.

« Partis du pays noir, vous êtes passés par Bruxelles, Wavre et bien d’autres coins de Wallonie… avant d’arriver à Ottignies, juste au moment ou la Fanfare Concordia renaissait de ses cendres  », a rappelé le président du Comité Georget Willems, en s’adressant aux jubilaires. « Le virus de la musique étant bien ancré en vous, il n’a pas fallu insister longtemps pour que vous rejoigniez cette phalange musicale.  »

Au sein de ce qui est devenu la Philharmonie Royale Concordia (PRC), Yvette et Marcel Martougin ont Å“uvré à la fois comme musiciens (la première aux claviers, le second à la clarinette), bibliothécaire, régisseur, membre du comité, barman… Marcel Martougin était encore du dernier concert de la PRC, le 8 juin à Limelette, au profit de la Saint-Vincent de Paul.

« Accueillants, toujours de bonne humeur, assidus aux répétitions (les premiers au pupitre et les derniers au bar !), respectueux des décisions des chefs (même si nous n’étiez pas toujours d’accord !), disponibles, n’hésitant pas à donner des conseils aux jeunes musiciens… voilà ce que nous retiendrons de vous.  »

Le président du Comité, très ému, a terminé son discours en nommant Marcel et Yvette Martougin membres d’honneur de la PRC.

Couronne et palmes

Le président de la Fédération musicale du Brabant et de l’Union des Sociétés Musicales (USM) de la Communauté française Adelin Hanquin a ensuite remis les médailles de plus de 65 ans de musique (couronne et palmes) aux deux musiciens.

« C’est un grand plaisir pour moi de remettre des décorations à des personnes aussi sympathiques, que je côtoie depuis plus de 25 ans  », a déclaré Adelin Hanquin.

La cérémonie s’est clôturée avec l’interprétation, par la PRC, de la Brabançonne et du « Symphonic Portrait Puccissimo  » de Puccini.

Marcel Martougin nous a confié que son meilleur souvenir demeurait sa rencontre avec son épouse Yvette, le jour de la Sainte-Cécile en 1940 : « C’était à l’occasion d’un examen d’harmonie. Elle avait constaté que j’avais fait des fausses quintes ! Aujourd’hui, 68 ans plus tard, je fais toujours des fausses quintes ! »

Le clarinettiste a fréquenté quelque 58 sociétés musicales (« j’y suis parfois resté dix ans, et parfois seulement deux jours !  » et préféré y interpréter le répertoire romantique. « Si on devait compter le nombre de fois qu’on a vibré… !  »

Répondre à cet article

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0

Habillage visuel © Kozlika sous Licence GPL