Philharmonie Royale Concordia
d’Ottignies - Belgique. A.S.B.L. Reconnu tournées Art & Vie

Accueil > Presentation de la PRC > Un petit historique

Un petit historique

Publié le samedi 10 février 2007

Vers 1860, il s’est trouvé un petit groupe de gens issus des environs d’Ottignies qui voulaient "faire de la musique".

En 1862, ce petit groupe est érigé en société musicale sous la dénomination de "Fanfare des amis réunis et de la concorde". Déjà, à peine créée, la Fanfare participe à divers festivals ; elle est ainsi présente lors des cérémonies du cinquantième anniversaire de l’Indépendance de la Belgique. Plus tard, cette phalange musicale deviendra la "Fanfare Concordia".

Lorsqu’au début de ce siècle, "Concordia" fête son quarantième anniversaire, Sa Majesté le Roi Léopold II lui confère le titre de "Royale".
Après la tourmente de la guerre 14-18, la "Fanfare Royale Concordia" se remet à pied d’œuvre en présentant des concours provinciaux et en participant, en 1935, à l’Exposition de Bruxelles.

Traversant après 1945 une crise de désengagement de ses musiciens et surmontant des difficultés financières, "Concordia" se redresse et connait un renouveau florissant. En effet, dès le début des années 60, Marcel Ancion, diplômé du conservatoire de Bruxelles et soliste au Théâtre Royal de la Monnaie, en reprend la direction.

Ce nouveau chef parvient à relancer la Fanfare et lui fait accomplir des progrès étonnants. Concours musicaux, tournois, enregistrements cinématographiques, la Fanfare Concordia fait parler d’elle. Le dynamisme et le professionnalisme de son directeur lui permet de s’élever parmi les meilleures. Petit à petit, la Fanfare s’élargit. Son ouverture aux jeunes musiciens des académies de musique des environs et l’enregistrement de la musique du film "Les Schtroumpfs" lui valent un réel succès populaire.
En 1978, la Fanfare Concordia est rebaptisée et prend le nom de Philharmonie Royale Concordia. Elle participe sous ce nom aux jeux sans frontières à Arosa en Suisse.

L’ouverture de la Philharmonie se traduit par la création, en 1980, d’un orchestre à cordes dirigé par Madeleine Delobbe et par l’enregistrement du premier disque en 1981. Un peu plus tard, c’est un orchestre de jazz issu de l’Harmonie qui voit le jour.

En 1982, la Philharmonie interprétera à cinq reprises l’Arlésienne de Bizet, notamment à Ottignies, Libramont et Nivelles.

La Philharmonie s’internationalise et participe, en 1985, au Concours International de Luxembourg où elle est classée dans la plus haute catégorie avec la mention "très bien". Elle prendra également part à des représentations à l’étranger (Sheffield - Angleterre, Chenôve et Rennes - France, Trêves - Allemagne, Clervaux - Grand-duché du Luxembourg) et à des échanges musicaux (Emmerthal - Allemagne, Jassans - France). Elle enregistre à cette époque (1984) son deuxième disque.

En 1987, La Philharmonie Royale Concordia célèbre son 125ème anniversaire. A cette occasion, elle s’adjoint le pianiste Daniel Blumenthal pour un concert prestigieux et enregistre alors son troisième disque.

A la fin des années 80, elle se lance dans la création d’un spectacle musical. Elle interprétera ainsi cinq fois en Wallonie et à Bruxelles "Carmina Burana" de Carl Orff en collaboration avec des chÅ“urs et des solistes. Ce fut une Å“uvre exaltante qui marqua l’ensemble des musiciens.

Soulignons encore la participation de la Philharmonie au concours musical de Garmish-Partenkirchen où elle concourt dans la plus haute catégorie. Elle y est finaliste et termine première avec 120 points sur 120.

Aujourd’hui, la Philharmonie Royale Concordia fait Å“uvre de transmission de la musique, à travers ses musiciens et son chef, tout en privilégiant les manifestations populaires, les concerts et les prestations répondant à un principe d’échange tant en Belgique qu’à l’étranger ( à Esslingen - Allemagne en octobre 98 ) et à des concours (Luxembourg en mai 98).

Répondre à cet article

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0

Habillage visuel © Kozlika sous Licence GPL